BIO

_________________________________________________________________________
Stéphane Boget, multi-instrumentiste réputé pour sa polyvalence et sa connaissance des techniques de la guitare électrique, débute à l’âge de 7 ans sa formation par une pratique régulière du piano au conservatoire. Il apprend ensuite la batterie en autodidacte, instrument qu’il adopte immédiatement et qu’il ne délaissera jamais. D’un amour pour le hard rock, naît une évidente passion pour la guitare et c’est à l’âge de 13 ans que Stéphane décide de se consacrer pleinement à la six-cordes.

Particulièrement sensible à la vélocité et à la découverte de multiples esthétiques, il explore avec Pierre Chaze la guitare dans tous ses états par l’étude des grands maîtres dans des styles variés (rock, métal, jazz, blues, world). Cette symbiose se prolonge par l’étude de la guitare fusion avec Mathias Desmier, plaçant l’instrument comme un réel outil d’expression. Pour compléter sa formation, Stéphane suit des cours de jazz avec Pierre Cullaz et étudie l’harmonie avec Jean-Christophe Hoarau.

Parallèlement, Stéphane Boget participe à divers projets : Tes Lewis Group (rhythm’n’blues, soul), S2D2 (métal progressif), Lutherie Urbaine (jazz expérimental avec instruments insolites), Zaama-Nooma (world fusion, originaire du Burkina Faso), Panam’Trombone en tant que bassiste (quartet de trombones)… Investi dans cet éclectisme musical, il échange avec des musiciens renommés tels que Patrick Rondat, Christophe Godin, Stéphane Guéry ou encore Ron Thal (ex Guns N’ Roses).

Depuis une quinzaine d’années, Stéphane enseigne les musiques actuelles au sein de diverses structures : conservatoires en Ile-de-France, l’Ecole ATLA, établissements en milieu associatif, stages et séjours musicaux… En 2009, il intègre l’équipe pédagogique de Guitarist & Bass Magazine. Fin 2017, il intégrera le staff de Guitar Part.

Passionné depuis toujours par la composition et adepte de cette expression libre, son premier album « Land(e)scape » est élaboré en home studio et fignolé jusqu’au moindre détail, de l’enregistrement au mixage. Le voyage de « Land(e)scape », par ses multiples reliefs tant instrumentaux que chantés, distille des émotions vives. Teintée de sonorités métal et de résonances world / trip hop, sa musique embrasse les codes du rock progressif. Guide central de cette évasion : la mélodie. On y perçoit indéniablement ses influences : Joe Satriani, Devin Townsend, Opeth, Pantera, Steve Vai, Mike Patton…

Ce projet est sublimé par le mastering de Jens Bogren (ingénieur du son, producteur à Fascination Street Studios, Suède), dont les multiples collaborations avec les plus grands groupes de métal parlent d’elles-mêmes : Sepultura, Opeth, Devin Townsend, Kreator, Symphony X, Paradise Lost, Dimmu Borgir, Arch Enemy…

Le nouvel opus « Sons Of Emptiness » transforme l’essai. Stéphane revient aux fondamentaux avec des timbres davantage métal progressif, la mélodie restant le centre du propos. En live, Stéphane Boget et son groupe personnifient ce projet insolite, avec un set tout aussi novateur par l’échappée sans retenue qu’il procure !

Laisser un commentaire